Design Thinking à l’échelle : l’ascension vers l’innovation

design thinking à l'échelle

Le Design Thinking apparaît comme une solution efficace pour accélérer la génération de nouvelles idées. Mais l’utiliser sur quelques projets ponctuels ne suffit pas pour booster considérablement la croissance de l’entreprise et améliorer ses processus en profondeur. Pour accélérer l’innovation, il est urgent de changer d’échelle en déployant le Design Thinking à toutes les strates de l’entreprise.

 

Faire appel à des équipes pluridisciplinaires…

Le Design Thinking à l’échelle aide à fédérer l’ensemble de l’entreprise autour d’une vision stratégique commune et installe un environnement organisationnel propice à l’innovation. En effet, pour mobiliser les ressources nécessaires à la génération de nouvelles idées, le fait de déployer du Design Thinking à l’échelle favorise la dissolution des silos existants dans l’organisation en créant des équipes pluridisciplinaires (marketeurs, développeurs, ingénieurs, créatifs…) et de niveaux hiérarchiques variés (du top management jusqu’aux équipes opérationnelles). 

Cette pluridisciplinarité permet de multiplier les points de vue et d’obtenir ainsi une connaissance riche des marchés, des tendances… Avec cette vision transversale des équipes, les entreprises conçoivent plus facilement des produits pertinents, en phase avec la réalité du terrain. De plus, l’ensemble des salariés s’approprient mieux les projets, puisque tous les départements sont impliqués.

 

… pour accélérer l’innovation et favoriser la collaboration…

Le Design Thinking à l’échelle est une approche résolument centrée sur l’humain plus que sur les processus ou les outils. Et c’est justement l’importance accordée aux pratiques réelles des utilisateurs et les tests concrets qui rendent les innovations pertinentes. Pour cause, les équipes projets pluridisciplinaires, réactives et agiles, mettent rapidement en place des prototypes Lo-Fi (maquette papier-crayon, objets en carton…). Une étape qui permet d’accélérer la mise sur le marché d’innovations, en suivant le principe de Tim Brown, l’un des théoriciens du Design Thinking : “Il faut échouer tôt pour réussir plus vite”.

Mobiliser les collaborateurs pour innover ensemble est un excellent moyen d’ancrer une véritable démarche d’innovation à l’échelle de l’entreprise. Tous les services et tous les niveaux hiérarchiques se trouvent emportés dans cette dynamique.

 

… de façon pérenne

Le Design Thinking déployé à l’échelle a vocation à insuffler de l’innovation sur le long terme. En effet, il redonne de l’autonomie aux équipes de façon à ce qu’elles soient en mesure d’innover continuellement. Contrairement au Design Thinking “en mode projet”, où les groupes se réunissent autour d’un objectif précis (ayant une date de début et de fin), le Design Thinking à l’échelle de l’entreprise a vocation à suivre le rythme des équipes dans le temps, au service continu de la création de valeur et de la croissance.

 

Oui, mais comment ?

Adossé au framework SAFe® (Scaled Agile Framework), le Design Thinking à l’échelle permet d’intervenir sur trois niveaux :

  • Au niveau de la gestion de portefeuilles (top management, comités de direction, responsables de budgets, de roadmaps, de plans marketing), pour approfondir les thèmes stratégiques de l’organisation, identifier les initiatives répondant au mieux à leur raison d’être et aller chercher une meilleure compréhension de la valeur potentielle de chacune de ces initiatives en définissant son MVP, le Minimum Viable Product, c’est-à-dire le plus petit périmètre de l’initiative qui apportera le maximum de valeur à l’utilisateur final.
  • Au niveau de la direction opérationnelle des programmes (management intermédiaire), pour fluidifier la transition entre la conception et le développement et accélérer la mise en œuvre des initiatives priorisées grâce à l’identification, l’exploration et la structuration en continu par les équipes opérationnelles de fonctionnalités à forte valeur ajoutée.
  • Au niveau des équipes opérationnelles, pour leur laisser régulièrement un temps de respiration et d’innovation « libre » et contribuer à l’éclosion d’une intelligence collective, source d’innovation et de motivation pour les équipes.

 

Tous ces niveaux ne sont naturellement pas hermétiques en termes de participants et pour chaque intervention, il conviendra d’adresser un casting pertinent qui saura apporter le maximum de richesse en termes d’idées.

 

À long terme, le Design Thinking déployé à l’échelle a vocation à devenir un élément de la culture d’entreprise et implique donc inévitablement d’importants changements managériaux et organisationnels. L’idéal est de se faire accompagner pour mettre en place une méthodologie pérenne au sein de l’entreprise. Un partenaire expert du Design Thinking, tel qu’inspearit, aura l’expérience nécessaire pour appliquer la méthode à l’échelle de l’organisation et mettre en oeuvre les prérequis indispensables à un bon fonctionnement sur le long terme.

time to market ebook

Accélérer l’innovation en levant les freins en interne

accelerer l'innovation

Happées par l’obligation d’innover pour se démarquer de la concurrence, les entreprises doivent lancer de nouveaux produits assidûment pour ne pas péricliter. Pour accélérer l’innovation, une des ressources clés est le directeur produit. Ses premières missions : garantir la création de valeur et s’assurer d’une bonne collaboration entre les équipes de conception et de mise en œuvre des solutions. 

 

Apporter de la valeur aux nouveaux concepts

Accélérer l’innovation est un enjeu de taille pour les entreprises qui souhaitent rester compétitives. Cette tâche repose notamment sur les épaules du directeur produit. Celui-ci travaille en permanence sur le développement de nouveaux produits ou l’amélioration des offres existantes. Son objectif : tenir la cadence face aux jeunes start-up qui imposent un rythme soutenu et un time to market extrêmement court. Le product manager sait que si le lancement de sa nouvelle offre tarde trop, c’est toute l’entreprise qui en pâtira. En effet, rien de pire qu’un produit obsolète dès sa sortie ou qui n’est pas (ou plus) en phase avec les attentes des utilisateurs.

Précipitation, manque de recul, vision du “board” en décalage avec les besoins des consommateurs… Les raisons d’un lancement de produit raté peuvent être nombreuses. Mais en regardant de plus près, elles découlent très souvent d’une même erreur : les produits sont conçus sans prendre en compte les remontées du terrain. Alors, accélérer l’innovation, oui.  Mais développer des produits sans valeur, non !

Pour concevoir des produits/offres à forte valeur ajoutée, qui séduiront les consommateurs sur le long terme, les entreprises ont intérêt à s’appuyer sur des données concrètes, issues de l’observation de clients réels. Pour ce faire, elles peuvent choisir de se faire accompagner par des experts externes. Ceux-ci sauront apporter les compétences manquantes à l’entreprise, sans pour autant prendre la main sur le projet.

L’accompagnement d’un expert peut en effet être bénéfique pour apporter du concret à la réalisation de la démarche (méthodes, outils disruptifs…) et aider les équipes à s’organiser, à aller sur le terrain pour observer les pratiques des utilisateurs.

 

Capitaliser sur l’intelligence collective pour générer de nouvelles idées 

Plus une entreprise grandit, plus elle perd la fluidité d’échanges entre collaborateurs de ses débuts. Les décideurs s’éloignent de l’opérationnel, les équipes se multiplient et il devient de plus en plus difficile d’aligner tout le monde sur une même vision. Cela constitue hélas un frein à l’innovation.

Les interactions entre les équipes en charge des produits et le département IT se raréfient. Pire : leurs relations peuvent parfois être tendues. C’est par exemple le cas lorsque le product manager a besoin des compétences de l’IT pour développer un produit. Le département IT n’a pas forcément de temps à consacrer à de nouveaux projets, ce qui, en plus de freiner l’innovation, peut créer des discordes entre les différents services. Or, les silos qui se créent entre les métiers et l’IT doivent disparaître si l’entreprise souhaite accélérer l’innovation et ainsi faciliter le lancement de nouveaux produits et offres. Il est important d’avoir des groupes de travail pluridisciplinaires dont les castings doivent être méticuleusement préparés et de façon spécifique à chaque nouveau thème à explorer ! C’est une condition essentielle pour que se mette en place une intelligence collective.

L’objectif des facilitateurs externes est d’accompagner les entreprises vers des organisations plus transversales, plus ouvertes et collaboratives, de redonner une vision d’ensemble aux collaborateurs, et de stimuler la créativité pour plus de réactivité.

 

time to market ebook

inspearit academy passe la barre des 10 000 agilistes formés

inspearit academy, centre de formation européen du Groupe inspearit est fier de vous annoncer que nous avons passé la barre des 10 00 personnes formées à l’Agilité !

 

inspearit a formé 10000 agilistes en seulement 30 mois dont 3000 sur SAFe

 

Durant les 30 derniers mois nos consultants/formateurs ont accompagnés et formés plus de 10 000 agilistes dont plus de
3 000 personnes sur SAFe.

Un large portfolio de formation nous permet de répondre aux différents besoins et rôles :

Agile :

  • Sensibilisation Agile pour CODIR/COMEX
  • Introduction à l’Agilité (IT ou non IT)
  • Agile et Scrum fondamentaux
  • Product Owner (avec ou non certification PSPO)
  • Scrum Master (avec ou non certification PSPO)

Agile@Scale :

  • Sensibilisation Agile@Scale pour CODIR/COMEX
  • Introduction à l’agilité à l’échelle
  • Formation officielle SAFe (Leading SAFe, POPM, Advanced Scrum Master, Implementing SAFe…)
  • Design Thinking @Scale

Ces formations peuvent également être personnalisées et adaptées à votre contexte.

Pour en savoir plus sur nos formations :

? Découvrez notre catalogue 

? Contactez-nous

 

 

Design Thinking : capitalisez sur l’intelligence collective !

design thinking intelligence collective

Les entreprises misent aujourd’hui sur leur capacité d’innovation pour entretenir leur compétitivité. Leur performance repose ainsi sur leur faculté à mobiliser les connaissances internes et externes afin de favoriser l’intelligence collective. Le Design Thinking apparaît comme un concept intéressant pour favoriser l’émergence de nouvelles idées.

 

Design Thinking : quel apport pour le Product Management ?

En tant que responsable produit, vous devez comprendre, avec précision, les problèmes, les besoins et les désirs des consommateurs. Le Design Thinking peut vous aider à mieux cerner les attentes des utilisateurs lors des phases de développement de produit. Cette démarche, mix entre l’analytique et l’intuitif, apportera une aide précieuse à votre product management, en vous apportant des données tangibles qui pourront valider ou invalider les idées, étape nécessaire à la création d’une expérience utilisateur idéale.

Le Design Thinking permet de ne pas se lancer tête baissée dans la conception d’un produit (aussi innovant soit-il !), mais de consacrer du temps en amont pour se mettre à la place de l’utilisateur. Le Design Thinking permet de mieux comprendre les « vrais » besoins des utilisateurs et de proposer ainsi un ensemble de réponses qui auront plus de chances d’être réellement utilisées. Pour mieux cerner l’utilisateur, les équipes produit sont donc invitées à l’observer, sans lui poser de question, pour ne pas biaiser les résultats. Qui est cet utilisateur ? Comment vit-il ? Que pense-t-il ? Quelles sont ses attentes non adressées ? L’observateur doit faire preuve d’empathie, afin d’identifier l’élément sur lequel bâtir un élément de réponse.

Le Design Thinking préconise ensuite de générer un maximum d’idées pouvant apporter des éléments de réponses aux besoins clairement identifiés. Pour faire émaner des idées, il est indispensable de mettre en place des groupes pluridisciplinaires garantissant une diversité de points de vue.

Le Design Thinking prévoit alors une phase de prototypage de solutions concrètes. Les prototypes Lo-Fi – basse fidélité – (maquettes papier-crayon, objets en carton…) sont réalisés rapidement, afin de vérifier la faisabilité des idées et mettre au plus vite le produit, ou tout du moins l’idée du produit, entre les mains des utilisateurs. Les feedbacks issus du terrain étant un élément central du  Design Thinking, ils permettent de valider les hypothèses émises, voir si le produit répond bien aux attentes des hypothèses et réitérer le processus de conception si nécessaire…

 

Mais le Design Thinking ne suffit plus !

Le Design Thinking est particulièrement utile au product management. Mais à lui tout seul, il ne suffit pas ! Il amorce seulement la création d’un produit. Il faut bien entendu ensuite passer à l’implémentation et initier les développements. Or, la transition du prototype au développement du produit est une étape charnière, pleine de risques. L’avantage avec le Design Thinking, c’est que les équipes de développement ont été impliquées dans la phase de conception du produit, ce qui limite la perte d’information. Néanmoins, une connexion doit impérativement être établie entre les phases amont du projet (Design Thinking) et la mise sur le marché du produit.

Un bon expert du product management, formé au Design Thinking, sera capable de vous aider à passer de la conception du produit à sa mise en œuvre. Veillez cependant à bien le choisir, car certains prestataires se contentent de délivrer un catalogue de bonnes idées, sans s’assurer de leur mise en œuvre opérationnelle !

 

Chez inspearit, nos consultants accompagnent les entreprises vers un changement d’approche de travail et d’organisation interne, propices à la collaboration, mais ils ne s’arrêtent pas là ! Ce cheminement conduit au développement concret du produit. De cette façon, la conception et la mise en œuvre des produits sont toujours faites au plus proche des besoins des utilisateurs.

time to market ebook