Digital Workplace
trianglee

Blog La Crise Covid-19, accélérateur des mutations du travail en entreprise

Linkedin Twitter
Scroll
19/05/2020

Article d'expert

Par Daniel Milelli

Depuis le début de la crise sanitaire du COVID-19, jamais un changement aussi profond ne s’était opéré sur nos modes de travail. L’impact a été important et immédiat sur l’ensemble de nos pratiques, modifiant la notion d’espace de travail. L’adaptation a dû être rapide pour faire face à ces bouleversements inattendus.
Du jour au lendemain, notre contexte de travail a été brutalement modifié. Nous avons été confrontés à la nécessité de changer. Changer nos habitudes de travail, notre environnement de travail, nos manières de prioriser et organiser le travail. Il nous a fallu adopter massivement de nouveaux outils digitaux.
Le télétravail est devenu la norme sans que nous y soyons préparés.

 

Cette transformation était pourtant devant nous. Nous n’avons pas voulu la voir ou y croire. Les besoins de collaboration, non-colocalisation et travail à distance sont émergeants selon les parties du globe (+ de 30% de télétravailleurs en Scandinavie, moins de 10% en France…), et quelques sociétés ont érigé ce mode de fonctionnement en vertu (StartUp, GAFAM…).

 

Cette crise aura changé le regard sur le télétravail, agissant comme une expérimentation « forcée » à grande échelle. La confiance ne pouvant plus être un frein (souvent non exprimé de manière explicite). « La meilleure façon de savoir si l’on peut faire confiance à quelqu’un, c’est de lui faire confiance » (E. Hemingway) s’est imposé de fait.
Confrontés à ce nouveau contexte, le management s’est trouvé face à de nouveaux enjeux : assurer la continuité de l’activité clients, proposer des solutions adaptées à la situation tout en maintenant le fonctionnement interne de l’entreprise. En quelque sorte, il a fallu réinventer l’entreprise, renforcer son excellence opérationnelle sans renier sur l’expérience client et collaborateur tout en intégrant l’idée, qu’au-delà de la crise, les évolutions liées au contexte doivent être permanentes. Innovation et agilité de l’organisation du travail doivent être des accélérateurs indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise.

 

Coté collaborateur, les enjeux ont été de trouver du sens au confinement, de garder un lien social avec entreprise, clients et collègues, de préserver son sentiment d’appartenance, d’être rassuré sur son statut et l’avenir de son job.
Être utile et travailler pour le bien commun sont devenus les motivations principales. Le rapport au travail s’est transformé. Le collaborateur a passé l’essentiel de son temps en réunions à distance, entrainant une perte d’habitudes et de repères, nécessitant de restructurer temps et discipline personnelle.
Le confinement a augmenté l’efficacité du temps passé en réunion, aidé par la maturité des outils digitaux. Outils qui, contrairement à la plupart des entreprises, étaient prêts pour ces nouveaux modes de travail.
Grâce à ces outils, beaucoup entreprises ont pu déployer de nouveaux modes d’interactions. Bien que les outils digitaux n’offrent pas le même niveau de confort et d’interaction que le présentiel, ils présentent quelques avantages : les réunions ont démarré à l’heure, respecté les timings et permis d’être « focus » plus que d’habitude sans parler du gain de temps de transport.

 

Les technologies sont devenues vertueuses, arrêtant de faire peur pour permettre de gagner en efficacité. Un monde virtuel s’est imposé, sans copier/coller le monde réel, ce qui finalement est plutôt heureux (mais c’est un autre débat…).

 

Mais qu’aurons-nous retenu de ces nouveaux modes de travail quand il faudra retourner au bureau, affronter la seconde vague de l’épidémie ou une nouvelle crise ?
Le télé travail s’est installé durablement, obligeant les entreprises grandes ou petites à revoir leur stratégie en la matière. Aller au bureau pourrait devenir une option plus qu’une nécessité quotidienne.

 

Soyons optimistes pour l’avenir, la digitalisation va se poursuivre et s’accentuer là où les difficultés ont été les plus fortes. Avoir une organisation du travail souple, agile et adaptable en permanence aux circonstances, va être plus vraie que jamais.
Anticipation et innovation, dans l’expérience client et utilisateur, la refonte des process, chaines de valeurs, produits et services… vont avoir de beaux jours devant elles pour qu’une crise, aussi forte soit elle, ne bloque pas l’économie durablement.